vendredi 10 juin 2011

Un courrier qui attend une réponse...

Le 16 mars 2011, le Centre d’Étude, de Recherche et d’Édition de Marestaing
écrivait à Monsieur Jean-Yves Duclos, Président du Syndicat des  Eaux Barousse Comminges Save
Monsieur le Président,
En septembre 2004, j'avais attiré l'attention du président en exercice de votre syndicat des Eaux, sur le Moulin des Templiers à Marestaing.
Par lettre du 30 septembre, M. Arnaud m'a autorisé à établir un lien entre le site de Marestaing : http ://marestaing.free.fr et votre syndicat.
Ce lien est en place depuis cette date à la page consacrée au moulin des Templiers.
Par ce même courrier, M. Arnaud me précisait :
"Une étude portant sur la remise en service de la microcentrale est en cours de réalisation par nos services toujours dans le but d'utilisation de ce site."
Afin de mettre à jour la page du site de Marestaing dédiée à ce moulin, je serais heureux de connaître les résultats de cette étude.
Je me permets de vous signaler que ce moulin disposait autrefois, au 1er étage, d'un logement. Comment ce vaste espace peut-il être utilisé ? L'aménagement d'un logement est-il à nouveau envisageable ?
Enfin, dernière question, ne pourrait-on pas supprimer les bacs en béton utilisés avant que vous ne fournissiez l'eau à notre secteur et qui enlaidissent le site. La commune voisine, L'Isle Jourdain, a détruit purement et simplement les anciennes installations qui "juraient" un peu dans le paysage du lit de la Save.
Si vous le souhaitez, je reste à votre disposition pour vous faire découvrir notre charmant petit village, ancienne Commanderie des Templiers, et vous en dévoiler quelque peu son histoire. Je sais que vous avez bien des occupations et je vous prie d'excuser la liberté que je prends de vous entretenir de ces questions, mais à une époque où l'on a le souci de l'environnement et celui de trouver des énergies renouvelables, j'espère que mon courrier recueillera toute votre attention.
En vous remerciant d'avance pour la suite que vous voudrez bien réserver à ces questions, je vous prie d'agréer, Monsieur le Président mes sincères salutations.

Nous attendons la réponse... l'espoir fait vivre parait-il !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire