dimanche 13 novembre 2011

Cérémonie du souvenir.



 Aujourd'hui, 13 novembre 2011, le village s'est rassemblé autour du Monument aux Morts pour la cérémonie du Souvenir. Traditionnellement, comme dans de nombreux villages, la cérémonie a lieu après la messe du dimanche le plus proche du 11 novembre. Cette année de nombreux enfants des villages voisins ont assisté à ce devoir de mémoire. Notre maire, Jacques Laffont, a lu, selon la coutume, la lettre officielle émanant du gouvernement. Pour la première fois, la cérémonie associe donc les morts de toutes les guerres dans une commémoration unique. Ce n'est que justice. Les enfants de nos villages n'ont pas choisi leur guerre.
L'on a vu, trop souvent, des réticences à inscrire sur les monuments les noms de soldats morts dans d'autres conflits.

 Il serait temps de songer à unir dans une même pensée les morts de toutes les guerres, de toutes les nations. Et surtout de voir l'inanité de ces luttes fratricides.

Pour mémoire, voici un court extrait d'un carnet de guerre tenu par Lucien Bizos. Après 4 ans de tranchées et de morts par milliers, les armes se sont tues et il écrit :

"Jeudi 14 novembre 1918
" C’est vraiment curieux, la situation actuelle. Nous sommes sur les bords de la Meuse, rive gauche où l’Armistice a arrêté notre progression. Ici, la rivière est encaissée entre de hauts rochers et est relativement peu large, une cinquantaine de mètres. Nous vivons sur un bord, les Allemands sur l’autre et cela nous semble drôle de vaquer ainsi, sans avoir plus rien à craindre. Hier, leur musique a donné un concert sur les bords de la Meuse. Un moment après la nôtre jouait à son tour, c’est un état de chose auquel il nous est difficile de s’habituer."
Si tous les conflits pouvaient se régler en musique avec comme seul but de triompher pour une couronne, un oscar ou autre trophée et non plus en comptant les jeunes dans la tombe !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire